Le Pendu de Notre Dame de Nantes

Polar régional

Livre numérique

Le Pendu de Notre Dame de Nantes

Une lieutenant de police se voit contrainte d'être la tutrice d'un mystérieux étudiant le temps d'une affaire...Coralie Chevallier est lieutenant de police, à Nantes. Les enquêtes se suivent et se ressemblent, jusqu’au jour où elle reçoit la consigne officielle d’être la tutrice, le temps d’une affaire, d’Apollinaire Salvyen, un étudiant qui écrit une thèse sur la Sécurité en France. Récemment séparée de son mari, Coralie n’est guère enchantée par la compagnie de ce jeune homme qu’elle tient pour un indésirable, un « gosse de riche ». Elle se plie néanmoins aux ordres de sa hiérarchie ; aussi, quand on lui confie une nouvelle enquête, elle n’a qu’une hâte, la boucler au plus vite et dire ainsi adieu à Salvyen. Mais l’affaire se révèle beaucoup plus compliquée que prévu, la liste des suspects s’allonge et les preuves manquent. Si, bon an, mal an, Coralie finit par accepter la présence d’Apollinaire Salvyen, elle a de plus en plus de mal à cerner ses motivations. Qui est ce jeune homme si sûr de lui, au sourire magique ? Et si Coralie n’avait pas été choisie par hasard ?Qui est donc Apollinaire Salvyen et que manigance-t-il ? Suivez Coralie le long de cette enquête complexe qui ne se résolvera pas sans difficulté, dans ce roman policier nantais aux multiples rebondissements !EXTRAITHagossian décroisa les genoux et se redressa :— Vous plaisantez ? Vous n’avez rien contre moi, pas l’ombre d’une preuve, zéro ! (il fit un zéro avec son pouce et son index) et vous voudriez… Je vous ai connue en meilleure forme, lieutenant, et mieux armée.Hagossian se détendit en poussant le dossier de son fauteuil vers l’arrière, il joignit les mains et s’amusa à entrechoquer doucement le bout de ses doigts, par-dessus lesquels il observait la policière avec une évidente satisfaction de se savoir le plus fort.— Entendu, admit Coralie. Puisque vous n’êtes pas mêlé au meurtre, vous pouvez peut-être nous aider à coincer l’assassin ?— Pourquoi je ferais cela ?— Vous ne voudriez pas que je vous pourrisse la vie ?L’Arménien se mit à rire en renversant la tête en arrière, sa pomme d’Adam émergea comme un rostre. Puis il reprit son sérieux, et eut l’air de cracher :— Vous n’êtes qu’un officier sans importance ! Vous savez combien je me fais en un mois ? Plus que vous ne gagnerez jamais dans toute votre vie ! Alors, ne me lancez pas de menaces que vous ne pourrez pas tenir.Salvyen choisit ce moment : il intervint avec la meilleure conviction du monde :— Écoute, Charles Aznavour, c’est moi qui te menace. Sais-tu combien je me fais en une semaine ? Plus que tu ne réussiras à arnaquer dans toute ta vie !La force avec laquelle il s’était exprimé laissa Hagossian penaud. Il eut un hoquet de rire maladroit :— Qui vous êtes, vous, d’abord ?— Mon nom est Salvyen.Le visage de Hagossian se décomposa à la manière un soufflé qui s’effondre. Il balbutia, comme s’il n’en croyait pas ses oreilles :— Sal… Salvyen ? LE Salvyen ?Le jeune homme enfonça le clou :— Je constate que mon nom vous est familier. Moi, j’ignorais jusqu’à votre existence. Ça veut tout dire. Vous allez gentiment répondre à la dame, ou je vous jure que dans moins de six mois, vous irez faire la queue aux restos du cœur, et vous le regretterez jusqu’à la fin de vos jours, si je vous laisse vivre jusque-là.À PROPOS DE L'AUTEURNé à Nantes, Jean-Claude Belfiore suit des études classiques au lycée Clemenceau puis à la Faculté des Lettres ; il fréquente ensuite l’Université de Haute-Bretagne (Rennes). Passionné d’Histoire et... d’histoires, il publie son premier roman policier au Fleuve Noir (1984), rédige des récits historiques (sur le génocide arménien, sur Hannibal) et des ouvrages de référence sur les mythologies grecque et romaine (Larousse). Il a écrit pour Historia et collaboré aux Cahiers de Science & Vie. Mais sa passion pour le polar ne l’a pas quitté…